Vélodrôme #5: arrangements avant une vraie ambition

09.08.2019

 

Dernière étape de « notre » VéloDrôme, Saillans - Die, un parcours oublié des planificateurs, faute d’une vraie motivation.Les cyclistes militants, qui ont planché sur la question, ont pourtant matière à tracer la voie.

Pas d’invité spécial pour cet ultime épisode de notre feuilleton Vélodrôme. Il nous semblait naturel, pour ce qui est de la dernière section, Saillans-Vercheny, revenant à la communauté de commune 3CPS, d’interviewer Franck Monge, maire de Vercheny passablement impliqué dans le projet. Mais, las, Monsieur Monge a refusé sa contribution dans nos colonnes. « Je ne souhaite pas répondre à votre média, merci d’en prendre bonne note », nous dit l’élu sans d’autre explication. Nous ferons donc sans.« Une étude sera lancée en 2020 pour étudier la faisabilité d’une poursuite de l’itinéraire jusqu’à Aurel/Vercheny, répond pour la 3CPS Lucie Lefranc, chargée de communication. Les contraintes techniques sont beaucoup plus fortes sur cette partie de l’itinéraire. La topographie va certainement demander des études techniques assez poussées pour s’assurer de la faisabilité des ouvrages (notamment pont au-dessus de la Drôme). » Un discours nuancé par quelques anonymes, pour lesquels « La vélodrome s’est arrêtée à l’Ouest de Saillans, juste avant les vrais investissements. Ils n’iront pas plus loin ».

Pas prioritaire (car trop coûteux)

Côté Diois, encore moins d’engagement. « On a étudié un tracé il y a plusieurs années, avec de nombreux experts, commente Olivier Fortin, directeur de la Communauté de Communes du Diois  (CDD). Il est clair qu’à partir de Pontaix on rencontre des problèmes techniques majeurs : le relief est plus sensible, la route est bordée par la Drôme, la montagne ou la voie ferrée… ». Une complexité, et donc un coût, qui a eu raison du projet. « D’autant que compte tenu des autres priorités de la région, telles que l’eau ou l’assainissement, et de la moindre urbanisation de la région, comparé à Crest, ça reste secondaire », conclue Olivier Fortin.


 Lire aussi : Quelle mobilité dans la Vallée de la Drôme ?


Des alternatives bon marché ? 

Retour vers Albert Cessieux, que nous avions rencontré à Livron lors de notre première étape (voir épisode 1). Le délégué régional de l’Association d’utilisateurs des véloroutes et voies vertes (af3v) nous présente un itinéraire (voir animation vidéo) qui pourrait peut-être coûter moins cher que ce qu’imagine la CCD, car économisant les solutions sophistiquées. Certes, Albert Cessieux commence par suggérer à l’Ouest de Saillans une ambitieuse passerelle qui, enjambant la Drôme, éviterait la traversée de la D93  (400 camions par jour rien que pour le Col de Cabre…). Pour le reste, le tracé de notre docteur es vélo se montre très raisonnable, en concédant ici et là l’usage de cette fameuse D93. Car pragmatique, Albert Cessieux préfère voir la Vélodrôme s’installer au plus tôt dans le paysage, quitte à ensuite l’améliorer. Un peu de départementale donc, à condition d’user, selon les tronçons, de bandes latérales multifonctionnelles, de chaucidous (un marquage de la chaussée censé faire respecter le cycliste, voir photo), ou même de vraies pistes cyclables. 

saillans ouest

À l’Ouest de Saillans, une passerelle vélo (en rouge) pour s’éviter la traversée de la D93 ?

Des concessions qui permettrait d’avancer, d’autant que l’essentiel reste d’améliorer la sécurité pour des usages quotidiens : trajets travail, école, etc. « Trajets qui pour la plupart se situent en proximité immédiate de Die et en vallée », note Lucile Stahl, du Collectif Vélo Diois (CVD). Visiblement, la complexité et le coût d’une véloroute Saillans-Die masque les besoins quotidiens dans le Diois. Le CVD milite pour la résolution de nombreux points noirs et de nouveaux aménagements. Son leitmotiv : qu’un enfant de dix ans puisse aller seul à l’école à vélo. Exigence à laquelle ne répondent pas vraiment les bandes multifonctionnelles de la D93 ou le chaucidou récemment tracé en entrée de Die. Les premières sont accessibles, certes aux cyclistes, mais aussi aux tracteurs et aux véhicules en perte de trajectoire…Inquiétant ! Quant aux chaucidous, « ça ne sécurise pas l'usager, ça reste ambiguë pour les voitures », commente Stéphane Pignal, fondateur historique de Dromolib (voir épisode 4). Membre lui aussi du CVD, il critique ces petits arrangements faciles à mettre en place pour les collectivités mais n’améliorant qu’à la marge la sécurité des cyclistes. De plus, le CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) limite l’usage des chaucidous aux trafics de moins de 5000 véhicules par jour. La D93 dépasse les 8000 et atteint les 12000 en été…

chaucidou

Photo : « Chaucidou » ou Chaussée voie centrale banalisée. Sa compréhension est très aléatoire parmi les usagers…

Le virage attendu

« Les collectivités comprennent enfin la place du vélo dans l’éco-mobilité. Elles tentent de s'en emparer, mais elles investissent le minimum, regrette Stéphane Pignal. En réalité, elles restent convaincues que la voiture demeure le moyen de transport ‘le plus simple’ ». Pourtant, à entendre ces militants, faire une piste cyclable demande plus de courage que d'investissements.  « Pour les deux ou trois passages qui ne disposent pas d’alternative possible à la D93, il faudra préempter des terres agricoles, élargir la chaussée, etc.,  ce qu’on fait normalement pour les voitures, relève Lucile Stahl. Pourquoi ne pas en faire autant pour les vélos, à une époque où on annonce une catastrophe écologique ? » Tout est dit.

Xavier de Stoppani

 

Pratique
  • 26,3 kilomètres de l’Ouest de Saillans à la gare de Die
  • Soirée « Inter mobilité » (cyclistes, piétons et usagers du rail) vendredi 30 août place de la gare à Die
  • Le Collectif Vélo Diois a ouvert en ligne un « Diagnostic collaboratif de la cyclabilité du Diois ». L’internaute peut y poster des avis, signaler des endroits dangereux, proposer des aménagements, etc. Les doléances sont synthétisées pour être présentées aux autorités locales : https://collectifvelodiois.jimdo.com/diagnostic-de-cyclabilit%C3%A9/
  • DieCyclette : fête du vélo organisée par le Collectif Vélo Diois le 21 septembre à l’occasion de la course cyclotouriste La Drômoise (www.cyclodromoise.com). Entrée libre.
  • Les recommandations de l’AF3V pour les tracés de la VéloDrôme : https://drive.google.com/open?id=1QXuWaltVIl51OXOezQik-x12I10&usp=sharing
Les +
Le site de la vallée !
Les –
Absence d’une véloroute officielle et donc de signalisation
Nombreux passages par la D93, vraiment peu « sécure »
Tracé pas le plus direct (+ 2 ou 3 kilomètres qu’en restant tout le temps sur la D93)

 



Connectez-vous pour publier un commentaire