À Piégros, le marché se gère en circuit court

09.09.2019

Mis en place il y a 4 ans, le Mimi marché de Piégros-la-Clastre dans la Drôme, est en circuit court. Ce système entre dans une démarche de consommation locale et permet de tisser du lien social entre villageois et producteurs

Il est 18h30 à Piégros-la-Clastre et la place du village ne désemplit pas. C'est le cas chaque vendredi soir, d'après les Clastrois. La création du Mimi marché et les happy hours du seul bar du village, Le Solaure, ont permis de tisser du lien social entre villageois, tout en consommant local. À l'initiative d'Éric, consommateur, et de Cécile, maraîchère, le marché s'est développé de façon innovante en quelques années. L'idée est de passer commande durant la semaine pour que les producteurs fournissent seulement les produits nécessaires. Chacun et chacune vient ensuite récupérer son panier, remis par des bénévoles, eux aussi habitants du village. Un système qui a fait ses preuves, puisque aujourd'hui, 25 producteurs et près de 140 ménages font fonctionner ce circuit court. "En terme de chiffres, je pense que cela représente environ 25000 euros de produits vendus en 2018", souligne Éric. Et les consommateurs ne tarissent pas d'éloge sur ce qui est devenu un véritable rendez-vous : "Je ne sais pas comment ça fonctionnait avant, mais nous avons rencontré les habitants du village au mimi marché", raconte Romain, installé il y a un an et demi dans la commune.


Lire aussi :Agri court, des producteurs aux cantines


Du côté des producteurs, le système permet de proposer des produits sans passer plusieurs heures à tenir un stand, comme le confirment Nathalie et Cécile, maraîchères à Piégros. "L'idée c'est de consommer local", rappelle Éric. Manger local tout en restant innovant sur la proximité consommateur-producteur puisqu'un nouvel outil de commande a été développé par un informaticien de Crest : "C'est presque plus contemporain qu'un marché classique", affirme Romain. 

Les producteurs viennent de temps en temps sur le marché, pour rencontrer leurs consommateurs et donner plus d'informations sur le produit : "On propose également d'aller dans les fermes", explique Éric. En attendant, tant que le bar du village est ouvert, certains profitent de l'happy hours en terrasse alors que d'autres complètent leur marché avec l'épicerie vrac de Manon, alias Strastaroute.

E.P


Connectez-vous pour publier un commentaire
   À LA UNE  |  OPINIONS