Ensemble pour Crest se dévoile

11.11.2019

Nous avons suivi une séance de tractage à la sortie de l'école primaire Saint-Louis de Crest

Alors qu'ils étaient restés discrets dans les médias, Ensemble pour Crest s'est dévoilé en conférence de presse mardi 5 novembre. L'occasion de revenir sur la cuisine interne du collectif, mais également d'aborder des questions plus épineuses liées notamment au financement ou aux couleurs politiques avec huit portes-paroles du collectif*.

Il aura fallu du temps aux quelques 100 adhérents d'Ensemble pour Crest pour mettre en place un projet de liste qui tienne la route. 300 soutiens viennent s'ajouter au groupe et plus de 200 "crestionnaires" ont été remplis par les Crestois et Crestoises. C'est un peu un "travail de l'ombre" qu'ont effectué les sympathisants d'Ensemble pour Crest pour construire un programme qui commencera a émerger le 28 novembre; après avoir recoupé les propositions issues des 10 groupes de travail du collectif, des questionnaires et des rencontres faites sur le marché ou en porte à porte. 10 propositions émergeront à la suite de ce "dépouillement" d'idées et s'appuieront sur trois axes : Le renouveau démocratique, la transition écologique et la solidarité. Tout cela saupoudré de participation citoyenne : "Nous ne voulons pas donner des miettes de participation aux citoyens", affirmait Nicolas Sizaret lors de la première conférence de presse du collectif, le 5 novembre dernier.

Une date pour une tête de liste

Il faut dire que tout avait bien commencé, lors de la première réunion publique du mouvement en juin 2019. 200 personnes s'étaient retrouvées salle Moulinages pour découvrir le projet. Mais quelques couacs de communication ont entaché la bonne foi du groupe, laissant entendre que la République en Marche pourrait bien marquer au fer rouge cette future liste. C'est la députée de la 3ème circonscription de la Drôme, Célia de Lavergne, qui avait évoqué le rapprochement d'Ensemble pour Crest et d'En Marche, lors d'une interview donnée à nos confrères du Crestois.

"Nous n'aurons l'investiture d'aucun parti", a réaffirmé Nicolas Sizaret. Car à Ensemble pour Crest, on laisse ses cartes d'adhésions à des partis politiques au vestiaire. Le groupe se dit ouvert à la discussion avec tout le monde. "On est ouverts, on discute avec tous ceux qui veulent parler avec nous y compris les représentants du Parti Socialiste et Samuel Arnaud", affirme René-Pierre Halter. Et Yannick Régnier d'ajouter : "s'il y a une troisième liste on n'est pas responsable".

Pour ce qui est de la liste d'Ensemble pour Crest, elle sera partiellement révélée le 18 décembre lors d'une réunion plénière (qui rassemble les adhérents tous les mois). A l'issu de cette réunion, les Crestois découvriront les 12 premiers colistiers qui désigneront le reste de la liste en février 2020. La tête de liste sera également révélée. Le 16 novembre prochain, lors de leur fête de la Démocratie, le collectif ouvrira les candidatures à sa liste et permettra également de plébisciter une personne qui devra par la suite déposer une candidature officielle.

Toute cette cuisine interne est longue et complexe à raconter. Le collectif souhaitait avant toute chose "poser les fondations" pour pouvoir construire son programme. En effet, ce sont près de 90 personnes qui travaillent dans les groupes de travail thématiques : culture, dynamisme économique de la ville, etc.

Quel financement ?

Entre 6000 et 7000 euros seront nécessaires à la campagne. Les dons sont fait anonymement et la future liste tient à ce que cela perdure : "On est allé à la rencontre de certaines personnes, qui nous ont dit qu'ils voulaient nous soutenir mais que par leur position (dans une association, commerçants), ils ont peur des représailles", explique Nicolas Sizaret.
Pour l'instant les dons ne dépassent pas 150 euros et sont fait par des citoyens.

Le + :
Nous avons suivi Nicolas, Dominique et Maxime pour un reportage vidéo lors d'une séance de tractage à la sortie de l'école primaire de Saint-Louis. Ils sont allés à la rencontre des parents.

E.P

*Nora Bens, Elisabeth Escuyer, René Pierre Halter, Michèle Lennon, Yannick Régnier, Anès Fouilleux, Jean-Marie Legros et Nicolas Sizaret


Lire aussi sur la thématique :

Connectez-vous pour publier un commentaire
   À LA UNE  |  OPINIONS