À Die : Tiens, un nouvel hôpital ?

28.06.2019

Tiens, un nouvel hôpital ?
Nous sommes tout en questions au sujet d’un nouvel hôpital qui serait implanté dans la zone artisanale de Die à proximité de l’héliport. Ce projet a été décidé par quelques uns sur un coin de bureau ou dans un couloir, il chamboulerait toute la vie locale. Nous interrogeons sa légitimité.
 
Santé : recruter ou bétonner ?
Les hôpitaux souffrent avant tout d’un manque de personnel, difficultés que la construction d’un nouvel hôpital ne résoudra pas. Une coquille vide serait-elle dans l’intérêt des usagers ? Le serait-elle en particulier pour nos anciens de l’EPHAD qui se retrouveraient en « banlieue », coupés du monde et de la vie sociale, sans aucune possibilité d’accès autonome à un café, un coiffeur, une ambiance et des sourires de passants…
Les terres agricoles Dioises sont de plus en plus rares, la flore du terrain d’implantation pressenti est très riche, la 6ème extinction des espèces est en cours, la superficie d’un département est artificialisée tous les 7 ans, un chantier tout béton génère de la pollution, la voiture individuelle pèsera encore plus sur l’organisation territoriale, la réhabilitation d’un bâtiment ne coûte pas nécessairement plus cher qu’une construction neuve si l’on tient compte de toutes les externalités négatives… Ces constats sont interdépendants. Aussi le projet actuel de nouvel hôpital ne nous semble pas réfléchi, voire d’un autre temps.

… Nous prioriserons l’implantation en centre-ville…  
Un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal est en cours d’élaboration. L’emplacement et l’emprise foncière de ce nouvel hôpital s’imposeraient aux politiques locales, au mépris de l’idée même d’une concertation.
Par exemple, ce projet de « grand déménagement » de plusieurs centaines d’emplois et d’usagers ne serait-il pas préjudiciable à l’économie locale et plus particulièrement à celle du centre-ville de Die ? Ne serait-elle pas contradictoire avec les engagements de nos élus locaux à revitaliser ledit centre-ville ? Le Maire de Die a été élu sur un programme dans lequel il indiquait que « dans le domaine de la santé ou dans d’autres domaines, nous prioriserons l’implantation en centre-ville » ; par ailleurs la Communauté des Communes du Diois a souhaité valoriser les potentialités commerciales, sociales et culturelles du bourg-centre à travers le financement de l’opération « Villages Vivants »…
 
En bref : on arrête tout et on réfléchit, démocratiquement, collectivement, intelligemment !
 
Premiers signataires :
Amélie Clément, citoyenne.
Sara Fragnaud, infirmière CH de Die.
François Lagrange, Commerçant et membre de l'association CTOUT DIE des commerçant de Die.
Jeanne Gallezot, Paysagiste Conceptrice, Itinéraire Bis- Aménagements participatifs.
Corinne Morel Darleux, conseillère régionale.
Blandine Desvignes, dioise.
Confédération paysanne Drôme.
Claude Metivier  Syndicat CGT Die.
Grégori Lemoine, botaniste.
Spyros Lacombe, programmation architecturale et urbaine.
Gaëtan Dorémus, diois.
Nicolas Haeringer, diois.


Connectez-vous pour publier un commentaire