Chirurginesthetik 1

Nicolas Zadounaisky

Nicolas Zadounaisky

13.05.2020

 

Chirurginesthetik 1 1

Chirurginesthetik 1

 

 

unnamed 8 1

Sans titre, polystyrène

 

unnamed 5

Sans titre, assemblage 

 

Dessin 3

Sans titre, Dessin

 

cruxifi2

Sans titre, technique mixte

 

Nicolas Zadounaisky

plasticien

né en 1967 à Paris

vit et travaille à Crest depuis 2020

  

En 1997 première exposition personnelle à Marseille,

A partir de 1998,  il expose régulièrement à la Halle Saint-Pierre à Paris, le musée parisien de référence pour l’art brut, l’art outsider et l’art singulier, ainsi que dans différents lieux telle la FNAC et à l’occasion de différentes manifestations à Paris.

En 2019, il arrive dans la Drôme et expose au Poisson Rouge à Valence où il montre des photographies dans le cadre de la manifestation Itinérance.

Collection particulière : François-Henri Pinault lui a acheté des dessins.

 Autodidacte, il pratique le dessin, la peinture, le collage, la sculpture et la photographie, souvent par série, précisant qu’il fuit les choses déjà vues.

Ainsi la série des Chirurginestétik, visage déformé interrogeant l’identité, qui me rappelle ceux du peintre Francis Bacon,  ou la série des Crucifix qui aurait dû être exposée à la galerie Duvert en confrontation avec des crucifix de tradition populaire et de différentes origines.

Les matériaux pauvres ou rebuts ( comme les boîtes d’emballage de médicaments, les emballages de polystyrène...) font partie de ses supports de prédilection, de son vocabulaire pictural. Ses sculptures, portraits de polystyrène, se veulent emblématiques d’une société du déchet sous lequel croule notre monde. Et d’un esprit de récup’ ou recyclage qui revalorise l’objet déchu et change notre regard sur celui-ci.

Son travail s’apparente au collage surréaliste, assemblant des éléments éloignés pour faire surgir un nouveau sens parfois burlesque ou humoristique, mais souvent sérieux ou grave.  Ses assemblages détournent les objets pour en faire jaillir une poésie cocasse dans laquelle les mots jouent un double rôle, graphismes et signifiants, telle cette série utilisant des papiers publicitaires pour former des phrases, petits poèmes ou calembours.

Ses dessins, innombrables, sont de l’ordre de l’écriture automatique, de l’inconscient, lui permettant d’exprimer le bouillonnement de ses idées et de son monde imaginaire.

 Le fil conducteur de son travail est l’humain, sous la forme récurrente du portrait, car c’est bien l’humain qui est au coeur du travail de Nicolas Zadounaisky. Le questionnement sur  soi, sur l’homme, son rapport à la nature et aux objets, sur la société du gaspillage et de l’encombrement…Interrogations qu’ils ne cessent de se poser et de poser à travers ses oeuvres « Cet investissement personnel est épuisant, j’ai besoin de me reposer. J’aimerais pouvoir aller vers l’abstraction, » confie-t-il, opposant, en ce sens, l’emprise de l’inconscient sur la création à une recherche plus formelle sur la couleur et la forme.

 Dans un monde qui s’uniformise, les œuvres singulières de Nicolas Zadounaisky interrogent nos représentations comme nos modes de pensée. EBT

 Concernant la série des Crucifix,

« Nicolas Zadounaisky,  fidèle à l'iconographie occidentale développée par la peinture italienne du 13e siècle jusqu'à la Renaissance, recupère des boîtes d'emballage et découvre en les ouvrant d'inattendues croix latines à partir desquelles il interprète avec humour et ironie la puissance communicative et évocatrice du crucifix de Jésus .

Il s'agit là d'une opération de transfiguration sacrée de l'objet en concept (...) (C’est une) investigation d'inspiration dadaïste sur la société actuelle à travers ses valeurs fondamentales – économiques, politiques et sociales - ou plutôt de la perte de celles-ci.

Les boîtes vidées du contenu pour lesquels on les avait fabriquées, se remplissent de nouvelles valeurs, antithétiques et éthiques, qui semblent représenter, dans un parcours métaphorique et ludique, les étapes d'un Chemin de Croix réalisé avec des matériaux pauvres et d’ « heureucyclage ».  Gaetano Salerno (Venezia-Mestre 2009)


Connectez-vous pour publier un commentaire
   À LA UNE  |  OPINIONS