Frank Girard

13.05.2020

 

 La période de confinement a permis à Frank Girard de sortir de l’atelier du sculpteur pour s’adonner plusieurs heures par jour au dessin. De cette période est sortie une bande de papier dessinée, chemin d’une trentaine de mètres, constituée de 8 dessins pleine page. Pour l’artiste, c’est avant tout un travail d’atelier, moins "sérieux", dit-il !
Vous pouvez voir son travail de sculpteur sur son site http://www.frank-girard.fr/

1

Frank Girard, dessin 1 

2 Frank Girard

Frank Girard, dessin 2

 3Frank Girard

Frank Girard, dessin 3

 4 Frank Girard

Frank Girard, dessin 4

 5 frank Girard

Frank Girard, dessin 5

6 frank Girard

Frank Girard, dessin 6 

 7 Frank Girard

Frank Girard, dessin 7

8 Frank Girard

Frank Girard, dessin 8

 

etre dans lhetre  

Etre dans l'hêtre, dessin 

 

la route

La route, dessin

les pins

Les pins, dessin

 

 

Frank Girard
sculpteur
né en 1947 à Dieulefit
vit et travaille à Crest

Frank Girard a eu très tôt le goût du dessin et de la peinture.

Il rencontra à Calais "Les Bourgeois" de Rodin et cette œuvre décida de sa vie. "Avec la clef que je leur ai volée, j'essaie d'entrer dans le monde mystérieux du vivant minéral, du mouvement, du déblayage de la voie qui mène à soi-même." dit Frank Girard. (cité par le site https://www.artsper.com/fr/artistes-contemporains/france/17101/frank-girard )

Après le théâtre, la peinture, le verre soufflé, la poterie, il s’aperçoit qu’il ne peut plus utiliser d’autres langages que les trois dimensions. En l’absence de toute formation, il découvre que ses mains savent faire ce qu’il n’avait pas encore imaginé.
Il se consacre à la sculpture en terre cuite et en bronze à partir de 1980.
L’artiste façonne avec de la terre brute par couches superposées.

« (…) je commence toujours par dessiner ou faire une maquette, quelque chose de très simple pour arrêter l’idée, dit-il. Puis je passe au travail de la terre. C’est là qu’il faut prendre de la distance avec le croquis, pour que les personnages se mettent à vivre d’eux mêmes. »

La terre, dont il fait œuvre depuis de nombreuses années demeure son médium essentiel, argile blanche chamottée, à l’aspect brut. Il la façonne, la modèle pour créer des foules qui avancent, semble-t-il, contre vents et marées. Rarement immobiles ou alors saisies dans un instant fugitif de peur ou de surprise. Un peuple en marge au coude à coude.
Ces œuvres pourraient faire penser parfois au Radeau de la Méduse (de Géricault) ou à La Liberté guidant le peuple (de Delacroix), tant Frank Girard sait animer ses personnages et leur conférer une humanité. Mus par un même sentiment ou une même volonté, ils vivent un moment unique de leur existence singulière et pourtant ils semblent parler de nous, ici et maintenant. Car Frank Girard en saisissant leur singularité, nous renvoie à l’universalité du genre humain.

« Les terres cuites de Frank Girard sont aussi des terres d'exil et des terres promises... Toute son œuvre est traversée par cette problèmatique de la difficulté de vivre mais aussi du plaisir de la rencontre. Ses œuvres saisissent des instants fragiles mêlés d'espoir. Ses petits personnages anonymes voguent sur des radeaux, fuient en petits groupes ou bien marchent en longue file indienne à la recherche de quelque échappatoire, d'une vie meilleure. »

« Les histoires que je raconte à travers mes personnages se terminent toujours bien. Au fond, je suis persuadé que la vie gagne quoi qu'il arrive » écrit Frank Girard.

Frank Girard expose dans de nombreux pays d’Europe et en Suisse. En France, principalement à Paris, Lyon, Clermont Ferrand, et Aubusson. Dans la Drôme, dans l'église du Gué à Poet-Laval en 2018 et 2019 avec Mireille Veauvy.

La ville de Crest a fait l’acquisition d’une sculpture que l’on peut voir à l’entrée de l’Espace Soubeyran. EBT


Connectez-vous pour publier un commentaire
   À LA UNE  |  OPINIONS