Où vont aller les 19 millions d'euros du TIGA ?

24.10.2019

Mardi 10 septembre, l'association Biovallée a remporté le TIGA (Territoire d'Innovation et de Grande Ambition) lancé par le gouvernement. 19,4 millions seront donc injectés dans la Vallée de la Drôme. Philippe Huygues, Président de l'association a souhaité reprécisé le fléchage de ces subventions et investissements.

"On l'a fait", a clamé Philippe Huygues, président de Biovallée, mardi 22 octobre à l'écosite de Eurre, devant tous les participants du TIGA. L'association Biovallée a remporté l'appel à projet du gouvernement le 10 septembre dernier. 19,4 millions seront réinjectés dans le territoire. 5,7 millions seront reversés en subventions aux structures (contre 6,6 millions demandés au départ) et le reste sera réparti en investissements à des entreprises.


Lire aussi : TIGA, 19,4 millions pour la Biovallée


TIGA

Le 22 octobre, tous les acteurs du TIGA étaient réunis à l'écosite de Eurre

Un projet déjà ficelé

"Les projets sont fléchés", reprécise Philippe Huygues. Car l'association reçoit encore des appels d'habitants ou de structures désireuses de faire partie du TIGA. Mais il faut savoir que tout a été décidé en amont, que ce soit pour les projets subventionnés ou les cinq entreprises qui recevront des investissements. Pour les projets subventionnés 15 actions regroupant 51 opérations et une trentaine d'acteurs locaux ont été définies. Le travail que va réaliser l'association Biovallée dans les mois à venir va être principalement dédié à la recherche de co-financements pour ces projets. Par exemple, si on prend le projet "Schéma rural d'économie circulaire de l'eau", le montant de la subvention est de 106 000 euros, reste donc à trouver 25 000 euros. Sachant que les projets ne peuvent pas avoir plus de 80% de subventions publiques.

Une réunion va avoir lieu entre les bénévoles de Biovallée et les porteurs de projets "pour s'assurer des financements et des dates de démarrage, afin de remonter l'information à la caisse des dépôts". C'est ensuite Édouard Philippe qui signera tous les engagements pour finalement obtenir les premiers versements en avril 2020. C'est donc un travail de défrichage qui reste à faire. "Ce qui était important dans la candidature c'est que les projets servent l'ensemble du territoire", ajoute Karine Melzer, vice-présidente de Biovallée. "On a pas inventé des projets, mais on est parti des projets déjà existants sur le territoire."

Quatre grands axes

La candidature de Biovallée s'appuie sur 4 grands axes : l'autonomie énergétique, la mobilité connectée et décarbonnée, la bio-économie et un pôle d'innovation et de formation pour le développement de la recherche.

Le TIGA va se répercuter sur les huit prochaines années, le temps de tout mettre en place. Les investissements dans les entreprises se feront parfois en co-financement, car l'État peut rentrer à 30% au capital d'une entreprise. Par exemple, l'entreprise Dwatts, qui va obtenir 7,8 millions d'euros d'investissements, doit trouver 15,3 millions de financements privés. "Il y a un coup de boost qui va se faire", commente Philippe Huygues. "On va montrer à l'État qu'on va réussir. C'est le prolongement des actions menées sur le territoire depuis des dizaines d'années."

Les mois qui viennent seront décisifs pour l'association et les participants au TIGA. "Mais le TIGA va beaucoup profiter aux habitants", souligne Karine Melzer. Affaire à suivre.

E.P


Connectez-vous pour publier un commentaire