Acoprev, une réussite Dioise

08.10.2019

Lors de la journée Hydrogène, organisée le 27 septembre à Saint-Julien-en-Quint, Acoprev a réuni les spécialistes de l'utilisation de cette énergie, pour une réflexion large sur ses applications et son stockage. L'occasion de revenir sur l'histoire de cette association communale de production d'énergie verte.

Le président de la Communauté de communes du Diois, Alain Matheron, a annoncé lors de cette journée dédiée à l'hydrogène, l'entrée de l'intercommunalité au capital d'Acoprev. Un véritable "soutien et une reconnaissance pour le territoire Diois", a souligné Alain Vincent, maire du village et Président d'Acoprev.  Cette "Association Communale de Production d'énergie verte" va également profiter de 500 000 euros d'investissements, prévu dans le programme TIGA*.

L'aventure a démarré il y a trois ans : "Le projet est né quand on a visité une usine d'hydrogène et que ça nous a semblé le carburant de l'avenir, avec des applications diversifiées", raconte Gérard Dellinger, Vice-Président de l'association et ancien maire du village. L'hydrogène, une "boîte à outils pour le stockage, pour la mobilité, pour la production d'énergie" qui dynamise aujourd'hui ce village de 160 habitants.
Pour l'instant, personne n'est embauché, les bénévoles se démènent depuis trois ans pour faire vivre ce projet qui conjugue autoconsommation collective, mobilité propre et plus généralement production d'énergies vertes.
À la jonction du Vercors et du Diois, Saint-Julien-en-Quint pourrait donc bien développer un "modèle tel qu'il soit reproductible dans d'autre collectivités, dans d'autres groupement de villages", comme le précise Gérard Dellinger. "Avec une forte volonté d'inclure les citoyens et de développer des emplois sur le terrain".

Quatre volets au projet

Aujourd'hui l'association communale développe quatre volets : l'autoconsommation collective en région rurale (Saint-Julien-en-Quint est un site pilote européen), la mobilité hydrogène et le stockage, l'utilisation des sites suivant leur aptitude à produire de l'énergie (hydrauliques, éoliennes…) et le développement d'outils pour une plus grande sérénité en cas de coupure de courant.

La production d’énergie se fait à partir du modèle des centrales villageoises qui sont des sociétés locales à gouvernance citoyenne, c’est à dire que ce sont les citoyens du territoire qui ont investi collectivement pour produire de l’énergie locale et adaptée à leurs besoins et à leurs spécificités. Une partie de l'énergie produite sera auto-consommée par les habitants : une première en milieu rural.
L'expérimentation a pu être conduite suite aux financements du programme européens PEGASUS, dont Acoprev a été l'une des 7 lauréates. "Il s’agit d’étudier, sur la base de mesures de consommation électrique réalisées sur les bâtiments du bourg, la faisabilité de la mise en place d’un système d’autoconsommation collective basé sur une production d’électricité renouvelable locale." Car le village vit de nombreuses coupures d'électricité, notamment durant les tempêtes.
Les premiers panneaux photovoltaïque ont été posés en août dernier à Marignac. "Cette toiture fait partie d’une tranche de 5 toitures prévues à Marignac, Saint Julien en Quint et Vachères en Quint. Au total 140 kW (kilowatt-crête) dont 36 kW (kilowatt-crête) pour l’autoconsommation collective à Saint Julien en Quint, site-pilote européen pour l’autoconsommation collective en territoire rural", indiquait Acoprev dans un communiqué de presse fin août.

La Deuxième originalité du projet ACOPREV est la vision globale qu’ils ont développé autour d’un smart Grid  (réseau intelligent) rural qui prévoit notamment le stockage de l’énergie sous forme d’hydrogène et l’utilisation de cet hydrogène pour alimenter des véhicules.

Une partie dédiée à la mobilité

Une journée dédiée à l'hydrogène (son utilisation et son stockage) était organisée à Saint-Julien-en-Quint le 27 septembre dernier. Vélos, voitures ou bus, les professionnels présents ont fait part de leur compétence et expérience sur l'application de l'énergie hydrogène aux véhicules. "La mobilité est vraiment un impératif pour les région rurales", rappelle Gérard Dellinger.

Acoprev est donc en route pour devenir un moteur du développement de l'énergie hydrogène.

Elodie Potente

* Acoprev a créé une SAS Acoprev centrale villageoises Val de Quint 2018 pour les investissements


Pour en savoir plus sur Acoprev : https://acoprev.fr/

Pour en savoir plus sur l'énergie hydrogène et les piles à combustible, l'Ademe a réalisé une feuille de route : https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/hydrogene-energie-piles-combustibles-feuille-route-strategique-2011-6923.pdf

Pour en savoir plus sur le "plan hydrogène" mis en place en 2018 par Nicolas Hulot, alors ministre de l'Écologie : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/plan-hydrogene-outil-davenir-transition-energetique


 A suivre sur le Bec : L'énergie hydrogène, c'est quoi ?

 


Connectez-vous pour publier un commentaire