Les maires prolongés et confinés

13.04.2020

Qu’est-ce c'est d'être maire pendant le confinement ? Leur mandat étant prolongé jusqu’à nouvel ordre, ils sont tenus d’assurer la continuité des services publics. Les maires de Livron, Loriol, Saillans, Beaumont-en-Diois, Aouste-sur-Sye et La Chaudière ont partagé leurs inquiétudes, leurs difficultés, et leur avis sur la tenue des élections municipales du 15 mars dernier.

 

Claude Aurias, maire de Loriol-sur-Drôme (6 600 habitants), mercredi 8 avril  

  • Mise en place d’une prime exceptionnelle de 35 euros par jour pour les agents de la commune qui doivent poursuivre leur travail sur le terrain (0:20min)
  • Son choix de maintenir la tenue du marché de Loriol (1:46min) 
  • La première conférence téléphonique entre les membres du bureau exécutif de l’intercommunalité du Val de Drôme et leur commande groupée de masques (2:36min), 
  • Son avis sur le port du masque généralisé « une mesure indispensable [...] de façon provisoire » (3:38min) 
  • Son incompréhension face à l’impossibilité légale d’installer sa nouvelle équipe. Claude Aurias, a été élu dès le premier tour, le 15 mars comme les candidats de près de 30 000 communes françaises. (4:16min)

 

Olivier Bernard, maire de Livron-sur-Drôme (9 100 habitants), jeudi 9 avril 

 

  • Service minimum à la mairie, mise en place du télétravail
  • Les difficultés à trouver des masques pour les aides à domicile de la commune (0:30) 
  • Son avis sur le port du masque généralisé (1:10)
  • Son choix de mettre en place un couvre-feu (1:28)
  • L’entraide entre les mairies (2:34)
  • Son avis sur les élections et le prolongement de son mandat (3:01)
  • Des membres de son équipe municipales atteints par le virus (3:29)

 

Isabelle Allemand, maire de Beaumont-en-Diois (108 habitants), jeudi 8 avril

  • Le mandat qui est prolongé 
  • La solidarité entre les habitants et l'aide de la commune (0:35)
  • La dépendance au réseau internet et l'inquiétude des coupures (0:50)
  • L'achat de courses (les producteurs sur le village et le maintient du marché de Luc en Diois) (1:30)
  • L'auberge communale et le camping municipal en danger (3:30)
  • L'inquiétude durant les élections municipales (4:10)

 

 Vincent Beillard, maire de Saillans (1280 habitants), vendredi 9 avril

  • La prolongation du mandat et le lien avec les nouveaux élus 
  • Le maintien des élections (1:14)
  • La mise en réseau des habitants (2:00)
  • La "récompense d'avoir lutté contre un supermarché" (3:17)
  • L'intercommunalité et l'importance des élus de proximité (4:35)

 

Jean-François Lemery, maire de La Chaudière (22 habitants), vendredi 10 avril

  • C'est les vacances !
  • Les habitudes alimentaires ont peu changées, les habitants ont l'habitude d'être isolés (0:18)
  • J-F. Lemery s'interroge sur l’intérêt de regrouper les très petites communes (1:16)
  • Il y a une pression qui commence à monter, les coup de fils sont moins nombreux (3:11)
  • Ça va être dur pour l'activité économique (4:03)

 

Denis Benoît, maire de Aouste sur Sye (2465 habitants), jeudi 9 avril

  • Pendant le confinement, un maire est occupé
  • On communique par mail avec l’exécutif (1:14)
  • Le bénévolat est important à Aouste (1:36)
  • Denis Benoît touche environ 80% de ses élèves (2:25)
  • Une intercommunalité "bizarre" jusqu'au 2ème tour (3:05)
  • Plus de sécurité dans un bureau de vote qu'au supermarché (4:06)

Propos recueillis par Elodie Potente, Estelle Pereira et François Bouis

 

 

Le Bec est un média indépendant, sans publicité

Il est gratuit pendant le confinement,

Pour nous soutenir, inscrivez-vous !

Ou mieux: Abonnez-vous !


Lire aussi sur la thématique :

Connectez-vous pour publier un commentaire
   À LA UNE  |  OPINIONS